Partagez|
MessageSujet: Behind the Veil Jeu 26 Avr - 7:22
Rune

“ It was a murder, but not a crime. ”






Rune Esmeraudia



85 669 ans Mâle Tigre Maître de cirque/Contortionist/Assassin Duché de Lessétia Magie Rouge

Peau : Blanche Taille : 5’8 Corpulence : Svelte Cheveux : Noirs, très longs Yeux : Dorés Forme non-humaine : Tigre doré (Rawr) Signe(s) distinctif(s) : Il porte un foulard doré autour du cou en tout temps.

∞ Caractère

Rune est un homme sérieux et hautain. Il est prudent et préfère la discrétion, mais n’a pas peur de dire son opinion et le faire entendre. Il est de nature calme et détaché. Il peut tisser des liens d’amitié, mais aucun lien n’a été assez pour égaler son amour pour son fils qui passe avant tout. Rune est sans pitié et tuerait un ami si celui-ci irait à l’encontre de ses valeurs. Car Rune ne s’attache pas au point que la mort de l’individu l’affecterait. Il est froid, oui, à l’intérieur, mais il peut être très chaleureux à l’extérieur. Et ce n’est pas qu’il se met un masque. C’est simplement qu’il est prêt à tout pour non seulement son fils, mais sa survie personnelle. Il est un homme confident et extrêmement loyal lorsqu’on réussit à atteindre son cœur. Si Rune finit par aimer réellement une personne, il fera tout en son pouvoir pour la protéger, la rendre heureuse et l’aider à garder sa santé mentale, si tel est le besoin. Au point qu’il se laisserait être ruiné mentalement et physiquement pour protéger et aider cette personne. La dédication de Rune est sans limite. Son amour est éternel. Mais il faut d’abord atteindre le cœur de cet homme à la forte volonté.


∞ Histoire

Rune avait deux pères.

-P-Père b-b-b-BIOLOgique… Fils! Yup, yup! Lui disait Michaela en buvant dans sa bouteille de whiskey. Puis, il vomissait un bon coup devant son fils qui l’observait de ses grands yeux dorés et lui offrait un sourire dans les vapes et un sourire béat et ajoutait : H-Had ya in my beeeeeeelly…. My tum-tum… Tuuuuuummyyyyy… MON VENTRE TABARNACK DE FILS CON!! DADDY LOVES YOU!! JE T’AIME CÂLISSE!! AIME-MOI AUSSI!!.... Aime-moi aussi…. En sanglotant, son père s’effondrait dans son vomit et tombait endormit, devant les yeux ronds de son fils de 3 ans.

Les papas de Rune n’étaient pas violents ni abusif. Ils étaient juste toujours intoxiqués. Par de la drogue ou de l’alcool, ce n’était pas important. Et lorsqu’ils étaient intoxiqués, ils faisaient un peu peur et disaient des choses un peu méchantes mais ils aimaient leur fils. Ils n’étaient juste pas eux mêmes.

Ils étaient pauvres et ensevelis de dettes. Pour une raison quelconque, Alexandre voulait que Rune comprenne ce que ça voulait dire.

-T-Tu vois…? Une couverte c’est correct… M-M-MaaaAAAIS! Rajoutes-en en plus d’oreillers et… Et rajoutes-en en plus d’oreillers et… Tu mets des oreillers… Wait, I said that a-already, right…? Hehehe… Silly daddy I am… ON EST ENSEVELIS DE COUVERTES ET D’OREILLERS ET C’EST PAS COMFORTABLE!! Right, Rune? T-T-That’s because… C’est comme avec les dettes… La même chose… There’s no end to them… At least your dada doesn’t need food…. Lui racontait un Alexandre alors qu’il les avait enterré sous des couvertures et des oreillers.

Rune était très jeune, mais il faisait le ménage dans la maison du haut de ses 4 ans. Il ramassait les bouteilles vides et allait les mettre dehors. Il nettoyait le vomit. Il recouvrait ses papas inconscients après avoir but de couvertures.

-Y-Y-Y-You’re suu-u-u-uuuuuch a good kiiiid…. I don’t… I don’t deserve you…!! I love you… I love you… Papa t’aime… Oh fuck, je t’aime mon fils…… D-Damn I want blood…. Lui répétait Michaela encore et encore alors qu’il sanglotait en voyant son jeune fils plus responsable que lui.

Puis il vomissait et allait chercher les seringues.

Rune était très silencieux. Il ne sortait pas vraiment de la maison, sauf avec l’un de ses papas, quoi que ce fût très rare, et il n’avait pas d’amis de son âge. Actuellement, il ne se rappelait même pas avoir vu des jeunes de son âge… Il devait s’occuper de ses parents qui se ruinaient dans la drogue.

-NEVER! STUPID FUCKER! IF I EVER SEE YOU CLOSE TO THOSE DRUGS, I’LL KNEE CAP YOU!! HEAR ME, BITCH?? HEAR ME?? Demandait un Alexandre sous l’ectasie. Rune hochait la tête en silence. Drugs will KILL YOU!! Je t’aime trooop pour ça, bébé! Je t’aime trop!!

À cinq ans vint le jour où Rune dût prendre la responsabilité de nourrir sa famille. Ses parents étaient high depuis deux jours et il n’y avait absolument plus rien dans les armoires depuis autant de temps. Rune prit donc de l’argent qui traînait et sortit. La ville où il vivait avec ses parents était dans un désert. Le sable était chaud sous ses pieds nus et le soleil lui tapait au visage. Mais Rune se rappelait la route vers le marcher qu’il prenait parfois avec Alexandre et s’y dirigea. Les marchands l’avaient reconnu et le prirent en pitié. Il lui offrir la nourriture pas trop chère et des pains gratuits, sans prendre avantage du jeune de 5 ans. Tous avaient compris que ça signifiait que ses parents avaient finalement touchés le fond.

Rune revint à la maison et prépara un semblant de repas pour lui et papa Alexandre. Michaela n’avait pas besoin de manger. Alors c’était au moins ça.

Pendant plusieurs mois, c’était la nouvelle routine. Ses parents sortaient de la maison uniquement pour aller chercher de l’alcool ou des nouvelles drogues. Rune se devait d’être plus mature que jamais.

Et puis un jour, en revenant des courses, Rune ouvrit la porte et une jambe arrachée, gisant dans une flaque de sang l’accueillit. Le jeune garçon la regarda un instant, figé. Il leva les yeux. Trois hommes qu’il ne connaissait pas était dans le salon. Il y avait du sang partout. L’un mordait dans le cou du corps sans jambes d’Alexandre. Il le lâcha, puis arracha la tête du papa de Rune. Rune observa la chair se déchirer est le os craquer alors que son papa perdait sa tête. L’homme lança la tête derrière lui. Elle roula au pied de Rune.

Le regard sans vie d’Alexandre le fixait.

Rune échappa le sac de nourriture.

Les trois hommes se retournèrent vers lui. L’un deux, le leader, fort probablement, lui fit un sourire maléfique alors qu’il avait un bras dans ses mains et la tête décapité de Michaela.

-What do we have here…?

-Shit, he saw… Should we kill him, boss?

-Nah, look at him. He has no freaking idea what’s going on.


Rune avait les yeux fixés sur le sang et la chair qui peinturaient la pièce, les membres de ses papas éparpillés partout. Les larmes lui montèrent aux yeux. Il ne put s’empêcher de se mettre à geindre et à sangloter. Il était terrifié. Il était déchiré de l’intérieur. Rune ne pleurait pas, il restait fort pour ses parents. Parce que les choses pouvaient toujours être pire, parce que malgré tout, ses parents l’aimaient. Eh bien les choses étaient pires à présent.

-HEY!! Rune sursauta et regarde le chef, qui le regardait durement. Apparemment, il essayait d’attirer son attention depuis un moment. Il retrouva son sourire maléfique. Listen kiddo. Run. If you run now, maybe we won’t kill you too.

Rune resta figé un instant, les yeux ronds.

Il se transforma en bébé tigre en s’enfuit.

Il courut, courut et courut. Il n’avait aucune idée où il allait. Il n’avait plus nulle part où aller.

Il sortit de la ville. Il courut, courut, courut. Il se retrouva dans une forêt. Pendant des semaines, il survécu de ce qu’il pouvait trouver. Parfois, passant des jours sans nourriture. Finalement, il trouva une ville. Une ville où pourrait tenter d’avoir de la nourriture. D’avoir un toit. D’avoir… D’avoir quelque chose.

Personne ne voulait du petit tigre sale et puant.

Personne ne voulait l’aider non plus. Ils avaient tous leurs propres problèmes, pas le temps pour le petit orphelin qui sortait de nulle part.

Rune vivait dans la rue. Se faisait tabasser par des enfants plus vieux et des adolescents. Parfois des adultes saouls. Il était forcé de voler la nourriture des stands et il n’était pas talentueux du tout au début. Les coups de bâton furent nombreux, mais il s’améliorât et apprit de ses erreurs. Il devint un petit voleur et fût bientôt connu des marchands. Mais pas sous la même lumière que chez son ancienne ville.

Rune se sentait seul et triste. Il regardait les autres garçons s’amuser avec leurs parents, regardait les autres garçons se faire ramasser par leur père et lancer dans les airs en riant et il bouillait de rage et de jalousie. Il se fit plus violent et agressif en grandissant. Il ne voulait pas se laisser abattre. Il se défendait, mordait, grondait, hurlait. Il devint ‘’une petite terreur’’ que les vieilles dames se murmuraient entre elles lorsqu’elles pensaient qu’il n’était pas dans les environs. Il s’en foutait. Il voulait survive, c’était tout.

Il avait 8 ans lorsqu’il l’a vue. La fille qui changea sa vie à jamais.

Rune ne faisait rien de bien différent, ce jour-là. Il épiait les stands de nourriture dans l’ombre, attendant le bon moment pour prendre ce qu’il avait besoin pour survivre. Et soudainement, tout le monde se déplaça sur les bords de la route.

Des gardes marchaient au milieu de la rue. Derrière eux, des nobles marchaient. C’était la première fois que Rune voyait des nobles. Ou des gardes de nobles. Ils étaient si intimidants! Si beaux… Ce que Rune donnerait pour vivre dans leur manoir… Enfin. Rune n’avait rien. Alors vraiment---

Et il vit ses jolis cheveux dorées, bouclés, baignaient dans la lumière du soleil. Sa délicate robe rose et blanche, sa peau laiteuse et propre. Ses yeux bleu-gris, si innocents… Et Rune sentit son corps battre. Il sentit ses joues chauffer. La petite fille du noble… Elle marchait probablement avec son papa… Elle était… Tellement belle… Elle semblait si innocente…

Rune, à 8 ans, eut ce que l’on appelle un ‘’kid’s crush’’.

Rune était emballé par les émotions. Il perdait toute rationalité lorsqu’il pensait à ces cheveux dorés. Il s’approchait du manoir pour tenter de la voir, parfois trop près et il se faisait battre par les gardes. Lorsqu’elle sortait prendre une marche en ville, il était toujours là, à l’observer jusqu’à ce qu’elle disparaisse derrière les portes du manoir. Il était fou en amour. Il s’imaginait vivre sa vie avec elle. Il découvrit qu’elle s’appelait Rose Morhange. Un nom parfait pour sa délicatesse, pour sa beauté. Il…

Il ne remarqua jamais les yeux qui l’observaient et devenaient de plus en plus enragés à chaque fois.

Rune avait décidé de s’approcher du manoir encore aujourd’hui. Rose allait peut-être apparaître sur un balcon ou passer devant un fenêtre… Alors il partit en direction de la forêt et courut vers le manoir.

Il reçut un coup violent qui l’envoyer s’écraser contre un arbre. Lorsqu’il releva la tête, trois gardes le regardaient froidement. C’était des gardes Morhange. Rune les foudroya du regarde.

-Tsk. Aucune manière.

-C’est un orphelin merdique, à quoi tu t’attendais.

-Il m’énerve.

-Moi aussi.

-HEY! Le bâtard. M. Morhange aime pas te voir rôder autour du manoir comme ça.

-Ça veut dire que tu criss ton camp ou tu perds ta tête. Compris?


Rune les foudroya du regard en silence. Les gardes n’aimèrent pas ça. Ils le tabassèrent. Et lorsqu’ils eurent finit, l’un se penchant sur son corps bleuté et ajouta :

-Laisse la fille du maître tranquille. Elle sait même pas que t’existe, sale con, et prendra jamais la peine de l’apprendre non plus. T’es rien et elle est une noble. T’as jamais eu aucune chance. La plèbe va toujours rester dans la merde et les nobles vont toujours rester sur leur nuage. Aucun noble ne prendrait la peine de te regarder.

Rune avait été tabasser physiquement, mais il n’abandonnerait pas. Son amour était réel et pure! Il avait le droit de voir la fille qu’il aimait!

Rune n’avait rien. Il n’avait donc rien à perdre. Il continua donc d’observer Rose. Il continua donc de se faire tabasser. Mais Rune s’en fichait. On ne pouvait pas détruire son esprit. Il n’obéissait à personne! Il faisait ce qu’il voulait!

Et bien sûr, le père de Rose perdit patience.

Il alla lui-même le voir alors qu’il se faisait tabasser.

-Ordures. Bâtard. Tu n’es qu’un sale idiot, puant, des rues. Comment peux-tu penser que tu pourrais un jour, avoir ma fille? Tu penses que je ne remarque pas tes regard amoureux? Il cracha sur l’enfant. -Tu es rien et tu resteras rien toute ta vie. Tu ne possèdes rien. Tu es seul. Tu resteras seul. Tu mourras seul. Personne ne va jamais t’aimais. Regarde-toi. Tu es dégoûtant. Tu dois porter les mêmes pantalons et le même chandail depuis des années. Tu ne vaux même pas le petit doigt de ma fille, alors comment oses-tu penser que tu pourrais avoir plus? Si tu promets d’oublier ma fille et embrasses mes pieds et t’excuses, tête baissée, je te laisserai vivre. Rune ne fit que le foudroyer du regard, tête haute, retenue par deux gardes. Baisse ta tête! Insolent! Cesse de me regarder avec ses yeux et offre-moi tes pathétiques excuses. Rune ne réagit pas. L’homme grogna et perdit patience. Il écrasa la tête de Rune au sol avec son pied. Pathétique imbécile de la plèbe! Montre-moi du respect! Je suis un noble! Je suis ton supérieur en tout point! Mais Rune ne changea pas l’expression dans son regard. Haine. Pure haine. L’homme se mit à lui donner des coups de pied à répétition. Insolent qui ne connaît pas sa place! Que penses-tu accomplir en me défiant? Tu n’as rien! Rien! Veux-tu perdre ta misérable vie en plus?? Il ramassa Rune par les cheveux et l’approcha de son visage, soudainement étrangement calme. Ce regard… Je le déteste. Je vais te l’enlever. Tu me regarderas avec respect. Et lorsque je te demanderai d’embrasser mes pieds, tu le feras avec honneur et reconnaissance que je te permette de toucher ma personne ainsi.

Un garde frappa Rune derrière la tête avec le manche de son épée et l’enfant perdit connaissance.

Lorsque Rune se réveilla dans un cachot, il n’était pas dans un cachot. Il n’était pas dans la cave du manoir Morhange. Il était en enfer.

Chaque jour, on le forçait à s’entrainer jusqu’à perdre connaissance. Et lorsqu’il perdait connaissance, on le forçait à revenir à ses esprits pour continuer. On le nourrissait une fois par jour et il devait mériter sa nourriture où il ne mangerait pas. Il ne pouvait pas dormir. À toutes les heures, un nouveau garde arriver et frappait deux poêles ensemble le réveillant et l’empêchant de s’endormir.

L’objectif de son nouveau maître était simple. Brisé son esprit. Avoir un esclave, une arme prête à obéir chacune de ses commandes.

-Ton maître est Adolphe Morhange.

-Tu n’es rien.

-Tu es une arme.

-Tu n’as pas à penser.

-Tu obéis à tous les ordres de ton maître.

-Tu ne ressens rien.

-Tu ne vaux rien.

-Tu es remplaçable.


Jour après jour, ces mots lui étaient répétés encore et encore. Il était entrainé dans le combat, on pratiquait son endurance, on travaillait ses muscles, sa souplesse, son agilité, sa dextérité, ses réflexes. S’il disait qu’il ne pouvait pas le faire, s’il s’effondrait, s’il n’était plus capable de continuer, on le fouettait. On le ridiculisait. On le battait.

Bien sûr, entrainer quelqu’un mal nourris et qui manque clairement de repos n’est pas efficace. Mais leur objectif n’était pas de le rendre plus fort. Enfin. Pas encore. Leur objectif était…

-Mon maître est Adolphe Morhange.

-Je ne suis rien.

-Je suis une arme.

-Je n’ai pas à penser.

-J’obéis à tous les ordres de mon maître.

-Je ne ressens rien.

-Je ne vaux rien.

-Je suis remplaçable.


… De briser l’esprit de Rune.

C’est à 10 ans, environ un an après avoir était capturé, que Rune revit Adolphe, son maître, pour la première fois.

Il se réveilla actuellement reposé. Et réalisa, perturbé, qu’on l’avait laissé dormir toute la nuit. Il se réveilla dans une petite chambre, sur un lit, dans des pyjamas. Une servante entra et lui servit un repas complet. Rune, quoi que son estomac était petit, mangea à sa faim pour la première fois depuis qu’il était né. Puis sa porte s’ouvrit. Devant lui, se tenait son maître.

Rune et Adolphe se regardèrent en silence pendant un moment, l’enfant incertain, l’adulte froid.

-Tu vivras ainsi à présent. Ceci est ta chambre. Tu passeras tes journées à subir le même entrainement que tu as eu jusqu’à présent, tu dormiras sans interruption également.

Silence. Était-ce réel? Non. Rune n’était pas en position de douter les paroles de son maître. Adolphe continua de regarder Rune avec son regard froid.

-Embrasse mes pieds.

Et Rune s’avança vers l’homme, se mis à quatre pattes en face de lui et embrassa chacun des souliers respectueusement et reconnaissant que son enfer soit terminé.

Adolphe avait gagné contre l’enfant. Rune… Il ne restait rien de Rune. Ce n’était plus Rune. C’était une arme.

L’entrainement que subit Rune était tout aussi brutal et cruel, sinon plus. Il n’y avait pas de place pour des erreurs. Seulement pour l’apprentissage et la perfection. À 12 ans on commença à le faire exécuter des prisonniers. La première vie qu’il prit, il ne l’oubliera peut-être jamais, mais ça ne le marqua pas non plus énormément. Il était sans émotion, il ne pouvait jamais montrer ses émotions, c’était un signe de faiblesse et il recevrait une pluie de coups de fouet. Alors il ouvrit la gorge de l’homme comme on lui avait appris et regarda le corps sans vie en silence.

On lui apprit à utiliser des dagues de lancer. Il ne devait pas manquer sa cible et sa précision devint rapidement terrifiante. Il était froid et précis dans ses lancer. Calme et n’hésitait pas.

Rune perdait ses émotions.

On lui apprit à utiliser un wakizashi. Le court katana était utile durant les combats au corps à corps, surtout que le style de combat de Rune se basait sur la vitesse. Il était également utilisé pour décapiter les ennemis. Rapide et efficace pour tuer. Rune était sans pitié.

Rune perdait sa personnalité.

On lui apprit finalement à utiliser un kusarigama. Ce n’était pas supposé être dans son programme, l’arme était délicate et extrêmement difficile à utiliser. On décida tout de même de tester les apprentis. Alors que tous se firent mal ou échouèrent simplement totalement, Rune se trouva à avoir une dextérité naturelle avec l’arme. On décida donc de l’entrainer. Rune devint une machine à tuer.

Rune était une arme. Rien de plus. Il était remplaçable, jetable. Il était une arme au service des Morhange.

Mais les combats physiques ne furent pas la seule chose dans laquelle on entraina Rune. On lui apprit également à utiliser la magie. Il apprit des sorts pour le rendre plus rapide et plus efficaces. Des sorts pour se soigner et traquer des proies.

Rune était devenu une arme parfaite pour les Morhange.

Une arme parfaite pour traquer et assassiner les homosexuels.

La contrée d’Ombrée était extrêmement religieuse. Et dans leur croyance religieuse, l’homosexualité était quelque chose d’horrifiant, d’inhumain, qui devait être punit par la mort. Rune n’était qu’une arme, il ne comprenait pas tous les détails. Mais il n’avait pas besoin de les comprendre non plus. Seulement de suivre les ordres.

Rune était sans pitié, il n’avait pas d’émotion, alors c’était facile pour lui. Il ne perdait jamais ses proies. Il assassinait toujours sa cible. Mais ce n’était pas comme s’il y avait de la place pour l’échec. Rune n’avait pas d’autre choix que d’être l’arme parfaite. Il était remplaçable, après tout.

Et qu’en était-il de Rose? L’amour de Rune? Bien franchement, il n’y avait rien de spécial de ce côté. Après tout, ‘’l’amour’’ de Rune pour Rose n’était qu’un ‘’kid’s crush’’. Un kid’s crush qui lui coûta ce qui lui restait : sa personnalité, ses émotions, sa liberté.

Rune eut actuellement l’honneur de se faire adresser la parole par Rose.

Pour recevoir l’ordre d’assassiner l’un de ses ennemis.

Rune n’était qu’une arme après. Une arme pour tous les Morhange à utiliser.

Rune passa des dizaines de milliers d’années à servir les Morhange. Rose mourra durant ce temps. La chasse aux homosexuels cessa. Mais Rune était tout de même une arme en leur possession et les Morhange avaient des ennemis et ne perdirent pas leur haine, leur racisme ni leurs ennemis pour autant. Rune continua de servir dans l’ombre. De prendre des vies.

Il n’y avait vraiment rien de spécial à tuer quelqu’un.

Vieux hommes, jeunes hommes, femmes, adolescents, enfants.

Ils étaient tous les même. Si on lui ordonnait de tuer, il le ferait.

Asami Landers, une alliée des Morhange, venait de donner naissance à une horreur. À un démon. Personne ne devait savoir. Surtout avec l’image qu’elle se donnait au public. Elle se disait aimer les démons, mais elle ne pouvait les haïr plus qu’elle ne les haïssait. Elle ne pouvait avoir un démon comme héritier. Et si le public l’apprenait, elle serait prise avec pour l’éternité.

Rune avait été choisi pour se débarrassé du démon, loin des yeux indiscrets de… De pas mal n’importe qui. Alors il prit l’enfant et s’enfonça profondément dans la forêt.

Ce n’était pas une mission spéciale.

Ce n’était pas une journée spéciale.

Il n’y avait rien de spécial chez cet enfant. Il était un dragon, certes, mais au fond, ce n’était rien de bien particulier.

Rune avait tué des bébés, des nouveau-nés, de nombreuses fois. Il avait même tué des femme pendant qu’elles accouchaient!

Il n’y avait rien de spécial dans cet enfant.

Pourtant, lorsque Rune le déposa au sol et approcha ses mains pour lui briser le cou et qu’il se brûla aux petites flammes que le bambin noir cracha, Rune croisa le regard du nouveau-né. Et… Probablement que le regard ne voulait rien dire, l’enfant ne comprenait certainement pas ce qui se passait. Mais ces yeux qui semblaient le foudroyer résonna en l’esprit de Rune. Un regard de défiance alors qu’il allait se faire tuer.

-Ce regard… Je le déteste.

De la défiance futile.

De la défiance basée sur rien.

La vision de Rune s’embrouilla. Il posa une main sur sa joue. Huh. Ses doigts étaient humides. Pleurait-il…? Pourquoi? Avait-il une raison de pleurer?

Le bébé sur le sol se mit à geindre. Puis à pleurer.

Qu-Quoi? Pourquoi? Qu’est-ce que Rune devait faire…??

STOP! Rune devait tuer l’enfant! Il n’avait pas à se préoccuper des larmes!

Les cries se firent plus fort.

Oh mais le bébé avait besoin d’assistance… Après tout, pleurer était sa seule manière de demander de l’aide…

NON! Il avait reçu des ordres! Il ne pouvait pas aller à l’encontre de ses maîtres! Il devait venir reporter son succès également…

Les pleurs du petit dragon se firent plus déchirants.



………

………………

Délicatement. Et avec un peu d’hésitation, Rune reprit l’enfant dans ses mains. Il le plaça dans ses bras, coller contre son torse, comme il avait vu des mères le faire des millions de fois. Il berça ensuite doucement le petit bébé. Les pleurs se calmèrent doucement sous l’attention de Rune. Comme si le bébé faisait confiance en Rune… Comme s’il prenait confort en sa chaleur, en sa présence… Le cœur de Rune s’emballa. Rune était perdu.

Rune était sauvé.

Rune était un père.

-Baby… I will take care of you… D-Daddy… Will take care you…

Puis le bébé fit pipi sur Rune.

….

………………..

…………………………………………………

…………………………………………………………………………………..

…………………………………………………………………………………………………………

Bienvenue dans le monde des parents, Rune.

Rune était un papa en fuite. Les Morhange et les Landers avaient bien réalisés ce qui c’était passé, ils n’étaient pas stupides. Alors Rune était en fuite. Il avait des avantages. Il était dangereux et puissant. Mais il était aussi rapide. Ceux qui réussirent à le rattraper se firent rapidement assassiner froidement, alors que Rune tenait son nouveau fils dans ses bras. Le bébé n’était pas dérangé par le sang, de toute façon. Rune était déjà fier de son fils.

Bien sûr, retrouver ses émotions et une personnalité n’était pas facile pour Rune. Retrouver sa compassion non plus. Alors il était…. Très… Maladroit avec l’enfant, au départ.

’’Baby. Stop crying. Baby. No more tears. Baby. I’m already going as fast as I can. Baby. Food will not come faster if you cry.’’

Les pleurs ne faisaient qu’empirer de minute en minute.

’’…………………..’’

Rune accéléra à une vitesse qu’il n’avait jamais atteinte auparavant, à la recherche d’une ferme pour nourrir l’enfant.

Peut-être que le bébé avait raison. La nourriture venait effectivement plus vite s’il pleurait. Comme le bébé avait besoin de lait et que Rune ne pouvait pas en offrir, Rune utilisait les vaches et les chèvres des animaux des fermes. Comme il ne cherchait pas à être discret, parfois il se faisait prendre.

-HEY! Qu’écé tu criss à ma vache!? Criss ton camp ou tu vas en manger une!!

-I am feeding my son--

-Qu--… OH MON DIEU!! UN DRAGON!! UN DRAGON!! UN MONSTRE! À L’AIDE!! À L’AI--

Rune se débarrassa de l’homme et de sa famille paniquée. Il n’avait pas de temps pour ça. Il avait un fils à s’occuper. Il revint voir le bébé pour voir qu’il avait brûlé les poulets vivants. Awwww. Son fils le chasseur. Rune allait apparemment manger du poulet ce soir. Son fils n’avait que 2 mois et il avait déjà offert sa première chasse non-officielle à son père. Rune était fier.

Rune voulait apprendre l’indépendance à son fils. Il voulait lui apprendre l’obéissance. Alors il s’assoyait sur le sol et observait son fils de 3 mois se rouler dans…

’’Baby. This is poo. Stop that.’’

Bébé lui offrit un regard innocent un moment… Avant de continuer.

’’……’’

Rune allait devoir laver son fils ensuite…. Rune devait vraiment apprendre à s’occuper d’un bébé.

Rune parlait dans la langue des animaux fantastiques à son fils, mais il ne parlerait à présent plus qu’en angélique. Il refusait de parler le sylvestre, la langue de ses maîtres. De ceux qui lui avaient enlevé le peu qui lui restait.

Rune appelait son fils ‘’Baby’’ depuis des mois. Baby avait appris à prendre forme humaine très rapidement et Rune était très fier. Il pouvait maintenant aller dans des villes et villages sans avoir peur de faire paniquer les gens. Et les chances d’être attrapé par ses anciens maîtres avaient baissés. Et puis un jour un vieil homme lui dit :

-Oooh… Quel mignon petit garçon! Quel est son nom?

Rune n’avait pas de réponse.

Rune paniqua et s’enfuit de l’homme avec ses talents d’assassin.

Un nom. L’homme avait raison. Baby avait besoin d’un nom. Quel père irresponsable il avait été de ne pas nommer son fils. Il méritait d’être punit… Sa nouvelle priorité devint de trouver un nom à son enfant. C’était une mission à prendre très au sérieux.

Rune passa un mois complet à réfléchir au nom parfait pour son enfant. C’était quelque chose à prendre très sérieux. Son fils allait avoir ce nom pour l’éternité. Alors, avec grand sérieux, bien sûr. Rune souleva son bébé dans les airs, le regarda droit dans les yeux et déclara :

-I shall name thee, Karan Esmeraudia. Be thy name bring thy strength and greatness.

Finalement, Karan entra dans l’enfance et eut 4 ans. Rune pouvait finalement se concentrer sérieusement sur l’entrainement de son fils. Il l’introduisait en douceur auparavant, mais maintenant il n’avait plus besoin de le ménager. Et à son grand plaisir, Karan prenait son entrainement très au sérieux.

Rune décida d’offrir un cadeau à son fils pour le féliciter de s’entrainer avec autant d’ardeur.

Un foulard doré.

-Don’t take it off, son. This is my gift to you. You make me so proud.

Karan semblait adorer son cadeau. Rune voulait qu’il puisse utiliser le foulard lorsqu’il serait grand, alors il lui avait pris un foulard de taille adulte. Le résultat de cela fut un Karan qui courait après son papa et se plantait face première au sol après avoir piler sur son foulard.

- Sweetheart, you're adorable.... Learn quickly how to be agile. One fall could mean your death.

Tout était une leçon, mais petit Karan ne faisait qu’hocher la tête et enrouler plus le foulard autour de son cou.

Le dragon prenait son entrainement au sérieux, mais il n’était pas un enfant facile. Rune ne pouvait le blâmer. Ils ne vivaient pas une vie idéale pour son âge, mais ils n’avaient pas le choix.

-We need to follow our preys. They are our food; we are the predators. We follow them and kill them when the moment is right. Always wait until the moment is right, son. You will become the deadliest predator this way.

-We move so much because we are hunted. Our enemies are weak, but there are a lot of them. The weak will gather together to try and fight the strong. We are strong, son. But never underestimate the power of numbers. We are strong, not invincible. Never forget that death is breathing on your neck, no matter how strong you get. It is never enough. Carelessness and confidence are your enemies. Don’t get cocky. Don’t underestimate your opponent. Don’t overestimate you power. Don’t be satisfied with what you have. Thrive for strength. Keep a cool head and be aware of your surroundings at all times. Never deny a mistake or be ashamed of it. Instead, learn from it so that you never repeat it.

-Our life style will be adapted to where we are. Depending on our surroundings, there is a new efficient way to live. Forests, deserts, mountains. They don’t ask for the same survival strategies. We don’t need to worry about water in a forest, but it’s our number one priority in a desert. In a desert we need to be warry of heat stroke, in the mountains, we need to make sure to stay hot or worry about hypothermia. Learn to adapt. It is the only way to survive.


Malheureusement, Karan avait beaucoup de difficulté à s’adapter. Il pleurer, se fâcher et était très têtu. Il détestait les changements dans leur routine. Ce qui était constamment. Rune devait donc s’arranger avec son fils en crise à presque tous les jours. Mais il n’avait pas le temps de se sentir mal pour les larmes. Ils étaient poursuivis. Perdre leur temps avec des câlins et du réconfort signifiait la mort. Alors il ramassait son fils froidement, ignorait ses pleurs, ses protestations, ses flammes et l’entrainait avec lui.

Karan piquait également une crise si Rune coupait leur session d’entrainement plus tôt que prévu. Ceci plaisait à Rune, mais il était lui-même quelqu’un de très sérieux. Il ne couperait pas leur entrainement s’il n’avait pas une bonne raison. Le plus souvent, c’était parce qu’il sentait du danger autour d’eux. Mais parfois, il voyait bien que Karan travaillait trop fort et n’apprenait plus rien…

-Learning to rest is extremely important to become strong. Resting properly allows your body to incorporate the new technics he learned and prepare yourself to learn more. Don’t forget to rest, Karan.

Karan sauva réellement Rune. Grâce à lui, Rune redevenait quelqu’un. Son fils. Son dragon. Son trésor. Si on insultait Karan, même en murmure, et que Rune entendait. Les personnes disparaissaient mystérieusement. Rune était devenu un assassin dans l’âme après tout. Il avait appris que lorsque quelqu’un est une nuisance, on l’éliminait. Point à la ligne. D’ailleurs, les leçons sur le meurtre d’un humain de Karan ressemblèrent à peu près à ceci :

-Don’t get caught. Faes and humans are not like animals. They won’t just let things go because you are stronger if you kill someone they love. They are stupid and let themselves be lead by emotions, but they are dangerous. Even the weakest can find strong ally, or find strength in number, and come at you. We don’t hunt them, because we don’t eat their flesh and they are troublesome, but also because they are our kin in spirits. Because of that, we can communicate and socialise with them, like you and me are doing, and we need that contact. To stay sane. They are also our way to reproduce. But if they insult you, or the ones you love, you can kill them. But don’t get caught. They are troublesome. And the reason we are on the run. We don’t need more problems.

Karan faisait des cauchemars. Presque toutes les nuits. Il se réveillait et devenait effrayé de toutes les ombres de la pièce ou de la forêt. C’est ainsi que serrer son fils en larmes, la nuit, dans l’auberge, et le réconforter devint une routine.

-There’s a monster beneath the bed…

-Oh sweetheart… For crying out loud, it’s a futon. It is flat as a board.

-T-There’s a creature behind the door…!

-Aaah… Even tho I checked there 15 times, when I leave, he arrives, is that it?


Et alors que Karan sanglotait contre lui, Rune ferma les yeux et sourit doucement.

-Alright, Karan, my son that I love more than anything. Tell the monster that lives beneath your bed, to go somewhere else instead, or you’ll kick him in the head. Tell the creature that lurks behind the door, if he knows what’s good he won’t come here no more because you will kick his butt at the count of four.

Karan le regarda. Et Rune lui sourit, plein d’amour.

-Never forget that the mightiest, scariest creature is you, my little demon slayer.

Et ainsi, Rune procéda à chanter la berceuse qu’il chantera à son fils pour toutes les nuits à venir. Sa berceuse à Karan. Une berceuse qui devint très émotionnelle et précieuse pour Rune. ‘’Little demon slayer’’ devint le nom d’amour que Rune donna à son fils.

Karan grandissait trop vite selon Rune, mais pas assez vite également. Il voulait passer le plus de temps avec bébé Karan, mais il voulait qu’il grandisse et devienne fort et n’aille plus besoin que son papa s’occupe de le défendre. Pour cette dernière raison, Rune était un professeur très sévère envers son fils. Par amour, bien sûr. Mais beaucoup de personnes qui ne comprenaient pas leur situation auraient appelé Rune abusif et inhumain.

Les techniques d’enseignement de Rune pouvaient ressembler à ceci :

Rune et Karan marchait tranquillement ensemble, lorsque tout à coup, Rune disparaissait d’un coup.

-Run

Était le seul avertissement que Karan avait avant que son père se mettre à le démolir complètement. Et après quelque temps, il n’y avait même plus d’avertissement, Karan devait lui-même sentir le danger et réagir à temps.

Rune ordonnait également à son fils de l’attaquer avec le wakizashi qu’il lui avait donner. Le père était sans pitié pour son fils et s’il n’apprenait pas assez vite, il mangeait une voler. Le nombre et la gravité des blessures n’étaient pas bien grave, Rune avait sa magie de guérison supérieure et il pouvait soigner son fils. Mais il apprit également à Karan à se soigner lui-même, le talent étant indispensable, surtout pour leur style de vie.

Rune donna toutes sortes d’handicape à son fils. Par exemple, il le privait d’un de ses cinq sens et lui ordonnait de le battre ainsi. Et lorsque Karan avait de bons résultats sans l’un de ses sens, Rune lui en enlevait un autre. Son fils devait s’adapter. Son fils devait être un combattant redoutable peu importe la situation. Son fils devait être un fléau.

-Daddy, I want that. Lui dit son fils de 6 ans en pointant ce que Rune reconnu comme étant un ‘’giant cleaver’’.

……………………………

-..... That's a... Pretty huge weapon, son... It's heavy too... Are you sure you want that...?

-...I can't lift it now... But daddy will show me how to!


C’était comme recevoir une flèche droite au cœur. Mais une flèche d’amour et d’adorabilité. Rune ne pouvait pas contrer. Il avait perdu, lamentablement. Il dût réfléchir un moment à la meilleure manière d’introduire le giant cleaver à son fils (Rune n’avait aucune idée du nom elfique).

Bien que le tigre fût un peu triste que son fils ne marchait pas dans ses pas, il comprenait qu’il était différent et que c’était important pour chaque individu de développer le style de combat qui le définit. Karan arrêta donc de s’entrainer aux dagues de lancer et ils se concentrèrent sur le wakizashi, pour le moment.

-A giant cleaver is a heavy weapon that will need both hands. Unless you become strong enough to take it with one hand. But you are far from that. We will focus on strength training, but don’t think you can slack of on speed training. You want to become a heavy fighter? Fine. But know that the weakness of every heavy fighter is speed. Which is my speciality. I won’t have you be a regular heavy fighter. You will be fast too. Heavy fighter normally focuses on their defence and resistance since they can’t do much for their speed. Muscles is the major problem here; it slows them down. I won’t have you be comfortable with this like them. You will be strong, resistant, fast and you will be adaptable. Am I clear?

Alors, Karan grandit. Il passa de wakizashi, à épée, à épée lourde, jusqu’à ce qu’il soit prêt à se pratiquer avec un giant cleaver. Rune lui fit travailler sa force, mais n’arrêta pas les entrainements sur la vitesse, l’agilité, la résistance ni l’endurance pour autant. Rune n’aurait pas un fils qui serait satisfait à être simplement ‘’bon’’.

Alors que le temps passait, il était clair que Karan allait être plus grand que Rune rapidement. Mais lorsqu’il eut 14 et dépassa actuellement son père, le tigre eut un pincement au cœur. Cela signifiait aussi la fin d’une tradition importante pour Rune et Karan. Depuis que Karan était avait lui, Rune prenait sa forme de tigre pour le nettoyer avec sa langue. Malheureusement, la tradition devait cesser, surtout qu’elle avait déjà été étirée trop longtemps. Karan protesta un peu…

-I can’t baby... You’re two old and tall for it now... It breaks my heart... But I need to let you grow up... I need to let you wash yourself like a big boy…

Les meilleurs moments de la vie de Rune étaient avec son fils. Les meilleurs souvenirs de Rune étaient avec son fils. Rune n’aimait personne plus que Karan. Rune mettrait toujours Karan avant n’importe quoi. Mais des gens voulaient la mort de Karan plus que tout au monde.

Karan.

Son fils.

Un prince illégitime.

Il devait être tué. Mais Rune était encore et toujours dans le chemin. Rune ne laisserait personne faire de mal à son fils. Et les ennemies de Rune le comprirent. Mais ils avaient quelque chose que Rune n’avait pas. Ce n’était pas de la faute de Rune. Mais contrairement à ces nobles qui ont eu la vie facile et l’éducation nécessaire, Rune n’était pas éduquer. Il avait de la difficulté à lire un livre, il devait suivre avec un doigt et les mots comportant plus de trois syllabes le faisait bloquer pendant plusieurs minutes.

Rune n’avait pas d’éducation.

Rune était, comme la population pauvre, naïf fasse aux discours convaincants des nobles qui savaient agir comme s’ils savaient de quoi ils parlaient alors qu’ils n’en avaient aucune idée. Il était naïf fasse aux nobles qui pouvaient mentir comme ils disaient la vérité.

Et les ennemis le savaient. Et ils profitèrent de cette faiblesse.

Karan avait 17 ans. Rune avait été embusqué dans une ville. Il donne un coup de pied à son dernier ennemi pour le faire s’écraser contre le mur. Il lui jeta ensuite un regard hautain avant de s’apprêter à le tuer, un rire le fit s’arrêter.

-You’re so stubborn… Just let us kill the dragon already.

-I will never let anyone hurt my son. I will kill you all before that happens.

-Have you never wondered…? Why we want to kill dragons so bad? Why we call them monsters?

-…

-Of course not. You’re too stupide to ask the important questions.

-Watch your tongue.

-Heh… Why? I’m dying anyway… Why do we call dragons ‘’monsters’’? Don’t you wondered? You’re too stupid to know that fact, you’re just a weapon gone wrong, after all, but dragons are quite the particular specie…

-Out with it. What are you trying to say? My patience is not eternal.

-Tsk. Acting all high and mighty when you’re just a lowlife bum… You see, something special happens to dragons when they come of age. When a dragon hit 18 years old, he falls into madness. He become crazy for power and kill everyone, even those he loved. All to show how strong he is, all to be more powerful. They’re monsters—

-You’re lying.

-Am I? Haven’t you ever wondered why we locked up those three dragons in Argos, long ago? Why we hunt dragons and try to kill them? Those hunts are not baseless, you idiot. We do it because they go crazy and devour everything. They’re monsters. They can’t be allowed to live.

-You’re lying!

-And you know the worse? There’s nothing you can do about it. Because it’s in their very nature. It’s in their soul. There is no way to avoid it. A dragon’s soul will stay a dragon’s soul.

-YOU’RE LYING!

-I don’t care if you believe me or not… It’ll just be fun knowing that even if I die here, you’ll end up killed in the hand of your own son—

-SILENCE!!!

-Wonder how he’ll kill you… Will he eat your corpse after you die or while you’re still ali—


Rune tua l’homme. Ses mains tremblaient. Son cœur battait à mille à l’heure. Non… Non, il mentait… Son Karan ne le tuerait jamais… Son Karan ne tuerait pas des innocents… Son Karan était un bon garçon… Il l’avait bien élevé….

A dragon’s soul will stay a dragon’s soul.

Pendant les jours qui suivirent, les paroles du noble le hantèrent. Il était moins concentré durant l’entrainement de son fils. Il était trop préoccupé… Il… Il avait peur… Il ne voulait pas laisser son fils devenir un monstre… Il voulait protéger son fils. Il voulait le sauver.

Et puis Rune trouva un livre particulier à l’auberge où lui et Karan restèrent, environ une semaine après la discussion. Un livre sur la magie de l’esprit. Soul manipulation que le livre s’appelait.

Peut-être était-ce qu’il recherchait…?

Peut-être était-ce la seule manière de sauver Karan…?

Il le feuilleta avec difficulté, mais finalement il trouva ce qu’il cherchait. Le sort parfait.

Soul curse

Malédiction de l’esprit.

Ce n’était pas un simple sort à apprendre, c’était un parchemin. Il permettait d’enfermer l’esprit de la victime dans un objet. Si Rune enfermait l’esprit de Karan dans quelque chose, Karan pourrait grandir normalement. Il ne deviendrait pas fou. Il ne tentera pas de tuer tout le monde. Oui! C’était parfait! Rune allait sauver son fils. Il n’avait qu’à enfermer l’esprit de son fils à ses 18 ans et Karan ne deviendrait pas fou!

Il annonça à Karan qu’à ses 18 ans, ils se sépareront. Rune avait deux intentions avec cela. La première ; son fils devait apprendre l’indépendance et vivre ses propres expériences de vie. La seconde ; Rune ne sentait pas qu’il aurait le droit de rester près de son fils après lui avoir enlevé son esprit. Avoir enlevé une partie de lui. Alors il préférait qu’ils aillent chacun de leur côté.

Rune fit certain de profiter de la dernière année avec son fils au maximum. Les attaques de leurs ennemis semblaient avoir cessées, mais il fit certain que Karan ne perde pas sa garde néanmoins. Ce pouvait être un piège.

Et puis, vint leur dernière nuit ensemble.

Rune allait manquer la chaleur de son géant fils. 6’5 pieds contre son 5’8 pieds. Rune trouvait la différence drôle et triste en même temps. Ça le rappelait toujours l’époque où Karan était tout petit et Rune devait le transporter partout…

Pour la deuxième fois depuis qu’il était devenu une machine à tuer, Rune pleura des larmes silencieuses. Et à cause de Karan, encore. Il était vraiment faible pour son fils…

Rune sortir le parchemin et donna un dernier bec sur le front de son fils endormi.

Il avait besoin d’un objet… Il vit le foulard doré autour du cou de Karan.

-I’m sorry son… Allow one last selfish request of your unworthy father.

Rune chanta le sort et enferma l’esprit de son fils dans le foulard. Il le prit ensuite doucement dans ses mains et l’enroula autour de son propre cou. Il inspira profondément, l’odeur de son fils. De son demon slayer…

-I love you, my little demon slayer.

Rune disparut dans la nuit.

Il était de nouveau seul, mais il était lui-même. Il avait également accompli ce qu’il considérait comme son objectif de vie : élever son fils en un homme qui pouvait prendre soin de lui-même. Rune n’avait plus grand-chose à faire. Il savait plus vraiment quoi faire non plus.

Il avait le livre sur la manipulation des âmes. Il se dit que tant qu’à n’avoir rien à faire, il pourrait l’apprendre, après tout, s’entrainer était ce qu’il faisait de mieux.

Rune commença donc à se pratiquer. La magie de l’esprit était une magie difficile et pouvait facilement blesser l’utilisateur. Il s’entraina à absorber l’énergie spirituelle, ce qui lui donnait temporairement plus d’énergie et de puissance en rendait délirant et faible la victime pendant quelques jours, le temps que son esprit se répare. Les sorts de contrôle de l’esprit demandaient un contact avec la victime obligatoirement. Ils étaient très délicats et difficile à performer. Mais Rune était diligent et sévère sur lui-même lorsqu’il pratiquait. Il pratiqua pendant 10 000 ans et éveilla le sort, développant la capacité de déplacer son esprit hors de son corps, rendant son corps totalement vulnérable mais permettant l’espionnage. Il pratiqua lié deux esprits ensemble, les empêchant ainsi de s’éloigner l’un de l’autre trop longtemps sans devenir fou.

Pendant 10 000 ans, Rune causa le chaos derrière lui. Mais il ne se fit pas attraper. Après tout, la discrétion était sa spécialité.

Pendant 10 000 ans, Rune n’avait pas vraiment de but dans la vie.

Jusqu’à ce qu’un jour, lorsqu’il avait 45 600 ans, alors qu’il relaxait dans un bar de sa ville natale, un groupe d’individu particulièrement habillés l’approchèrent. Ils étaient… Colorés. Leurs vêtements étaient un mélange de moulant et bouffant et leur maquillage était marquant et bien étrange. Un style bien particulier… Comme des amuseurs de cirque…

-Well, hello there! Mind if we take a sit? Demanda l’homme qui était visiblement le chef avec son haut de forme et son attitude. Rune fronça les sourcils alors qu’on s’assit à sa table sans son invitation. Le chef ria en voyant son regard. -No need to look at us like that Rune! We’re only here to talk, nothing more.

-How do you know my name.

-Hahaha, wow, wow, is that a sword I feel? No need to get agitated--

-Answer.

-Sheesh. It’s all business and no fun with you, huh? We are simple performers of a small circus, maybe you’ve heard of us? We are called Behind the Veil.

-You didn’t answer my question. Don’t make me lose my patience.

-You’re so cold… Well. We did hear about you, it’s hard not to. Rune Esmeraudia, the deadliest assassin of old. The deadliest assassin the Morhange had ever created, who suddenly vanished after a mission. We’re huge fans~.


Rune n’aimait pas le sourire de l’homme.

-What do you want.

-You don’t ask questions, do you? You make demands. It’s okay, I like this style. What we want is simple: we want you to be a part of our show.

-What?

-Of course~! I’m sure someone like you has amazing skills that he can put to use for the children’s entertainment!
Il se pencha un peu et son sourire se fit plus terrifiantt. Plus, and assassin good like you with us would be extremely useful for our activities behind the veil…

La curiosité de Rune était piquée… Il accepta de les suivre. Ils l’apportèrent à leur petit cirque. Ils performèrent ce soir-là, et Rune observa la magie, l’ambiance mystique et l’énergie des performances, du cirque. Il était… Étrangement fasciné. Et lorsqu’on vient lui demander s’il voulait prendre part, il dit oui.

Rune était à présent membre du cirque Behind the Veil.

On l’introduisit comme un contorsionniste et un acrobate. C’était un jeu d’enfant pour lui. Il devint rapidement proche de Mrs. Blanche-Cœur et ils se mirent à performer ensemble, le public adorait les voir leur performance dangereuse et osé. Coup de couteau, danser entre des flammes, faire des acrobaties impressionnantes et montrer leur souplesse inhumaine. Le public était fou d’eux.

Mais Behind the Veil était bien plus qu’un simple cirque. Behind the Veil était bien plus qu’un simple nom. Derrière le voile du cirque, on retrouvait une organisation qui se disait ‘’neutre’’ de tout conflit des groupes clandestins. Ils étaient des personnes neutres qui ne prenaient aucun parti. Pour un prix, les gens pouvaient recevoir toutes sortes d’informations privées ou encore engager des assassins pour éliminer un rival, discrétion garantie.

Behind the Veil était un marché noir neutre. Et c’était là où les talents de Rune se faisaient vraiment voir. Aucune trace derrière lui. Le parfait assassin.

L’homme qui l’introduisit à tout cela, le leader de ce cirque était Félix Terrani. Et il introduisit Rune à bien plus que le monde du spectacle.

-Where are you taking me.

-Aww, Rune! Don’t be so cold! We’re close now! And you’re part of the family~!

-Answer.

-Rawr. You get me so hot when you get all bossy like that.

-This is a waste of my time.

-No! No! Wait, wait! I’m sorry! Wait! Please, this is the last veil that needs to be uncovered for you to completely be a part of our loving family! Come with me.


Le dernier voile…? Rune fronça les sourcils et suivit son chef en silence. Il y avait encore quelque chose qu’on lui cachait…?

Félix l’apporta à une tente un peu éloignée. Lorsqu’ils entrèrent, le visage de Rune tourna rouge tomate et il fut paralysé sur le champ. Devant lui, les membres du cirque étaient nus et… Faisaient… Fourraient. Ils fourraient. L’odeur de sexe était étourdissante mélangé à celle de sang. Effectivement, certains se faisaient fouetter, d’autres étaient lourdement attachés, certains jouaient avec de la cire, de la glace, d’étranges jouets…

-Tadaaa~! Welcome to our own sex paradise! Where everything is allowed! Almost! Let your most hidden and shameful kink take control over you as you enjoy the pleasures of the flesh!

Rune ne réagit pas.

-Rune? Félix jeta un coup d’œil à son assassin et remarqua son visage rouge. Il ria un peu. Come on! What’s with that reaction? You look like a virgin--… Wait. Are you a VIRGIN??

-I am not!
Yes, yes I am.

-Then what? Are you a vanilla?? With all that bossy attitude??


-I am not!
The fuck is a vanilla??

-Well then!
Félix le fit s’assoir sur une chaise. Just sit down for now and join whenever you want~.¸

Rune resta assit, rigide, une jambe croisée sur l’autre, extrêmement mal à l’aise pendant un long moment. Jusqu’à ce que Bernie, l’un des hommes forts, musclé comme ce n’était pas possible, chauve, barbe bien nourrie et son torse parsemé de poil se rampe pathétiquement vers lui et commence à… Lui licher sa botte.

Bernie.

La définition de ‘’masculin’’ du cirque.

L’homme le plus fort du cirque.

L’homme qui pouvait soulever un dragon et le lancer à 20 kilomètres sans problème.

… Lui léchait sa botte, nu et pathétique.

Quelque chose décliqua en Rune à ce moment-là. Un lent et dangereux sourire apparut sur son visage. Il posa son menton contre son point et observa cet homme, normalement si fier; cet
homme, dont les femmes rêvaient qu’ils les prennent et les dominent; cet homme, si courageux, si fort, si masculin… Se réduire à une pourriture à ses pieds. Rune… N’avait jamais ressenti cette sensation auparavant. Cette sensation de pouvoir sur quelqu’un d’autre. De domination.

Lorsque Rune se tanna, il botta le visage de Bernie, posa son pied au sol et son autre jambe pour élever son autre botte dans les airs. Il regarda froidement l’homme qui saignait à présent du nez.

-What are you waiting for? This one is dirty too. And don’t put blood on it. Slut.

Rune observa la salle sous un nouvel œil. Oh oui. Il allait aimer cela, il en était certain.

Rune adorait le cirque. Mrs. Blanche-Cœur, Bernie, Félix et son frère Charles, le co-leader. Il était devenu proche de chacun d’entre eux. Bien sûr, ils découvrirent tous que Rune était vierge à ses 45 605 ans et qu’ils avaient réveillé un monstre en l’emportant à leur orgie hebdomadaire. Ce qui value des moqueries à n’en plus finir, évidemment.

Félix s’occupa de prendre la virginité de leur apprenti dominatrice.

Félix. Félix et Charles. Charles était plus discret, mais Félix ne le cachait pas. Les deux avaient des sentiments pour Rune. Rune n’était pas stupide. Il le voyait. Était-il intéressé? Oui. Félix… Lui avait montré un monde extraordinaire que Rune adorait. Il avait appris à Rune à vivre. Mais était hésitant. Bien que ce n’avait été qu’un ‘’kid’s crush’’ (Rune avait même récemment réalisé qu’il était gay), la dernière fois qu’il était tombé en amour, les choses avaient TRÈS mal tournées.

Les filles du cirque, surtout sa sœur d’esprit, Mrs. Blanche-Cœur, tentait le convaincre d’y aller, qu’il était ridicule. Mrs. Blanche-Cœur le moquait sans pitié. Rune ne pouvait plus le toléré. Alors c’était majoritairement de sa faute si Rune commença finalement à sortir avec Félix.

C’était sa première relation. Rune était maladroit, mais Félix trouvait ça mignon. Félix était un homme attentionné, drôle et aimable, qui aimait se faire fouetter et le ton froid de son amoureux.

Mais il était possessif.

Il n’y avait rien d’étrange au fait que Rune et Félix était devenu exclusif lors des orgies. Il n’y avait rien d’étrange que Félix n’aimait pas qu’un flirt avec Rune. Rune n’aimait pas qu’un étranger flirt avec Félix non plus.

Mais le foulard était le problème.

Le foulard doré que Rune n’enlevait jamais. Même lorsqu’il changea son style pour dragqueen, un style dont il était tombé en amour avec, le foulard ne quittait jamais son cou. Rune prenait sa douche avec, faisait l’amour avec. Le. Foulard. Ne. Quittait. Jamais. Son. Cou.

Félix n’aimait pas ça.

Tout le monde savait que le foulard était la chose la plus importante pour Rune. Que le foulard était son seul souvenir de son fils. Qu’était-il arrivé à son fils? Qui était son fils? Personne ne savait
cette information. Rune était plus silencieux qu’un rocher à ce sujet. Et on ne défiait pas Rune longtemps. Rune perdrait patience.

Félix s’était mis à l’esprit qu’il valait plus que le foulard aux yeux de Rune. Que Rune ne pouvait pas placer un foulard venant de son fils au-dessus de lui.

Il acheta donc un nouveau foulard à Rune et lui présenta comme cadeau pour remplacer son vieux foulard.

Remplacer son vieux foulard.

Remplacer son vieux foulard.

Remplacer son vieux foulard.

…. Est-ce que Félix pensait que son foulard était remplaçable…?

Est-ce que Félix pensait que Karan était remplaçable…?

Cette nuit-là, Rune s’assit dans leur lit en silence, sang et chair de son amoureux décorant les murs et les couvertures.

Le lendemain, Rune n’avait pas bougé. Bernie entra dans la pièce pour avertir Félix d’une nouvelle. Il s’arrêta en voyant le cadavre du maître de cirque. Rune regarda Bernie. Bernie le regarda. Bernie ouvrit les bras. Rune se jeta dans ses bras et prit réconfort dans les bras de son ami.

Les raisons du meurtre n’avaient pas vraiment été divulgué aux autres membres. Bernie avait simplement dit ‘’Il l’avait mérité’’ et tout le monde assuma le pire et que Rune était justifié.

Bernie ne savait même pas ce qui c’était passé, Rune ne lui avait rien dit.

Bernie était la personne la plus importante après Karan pour Rune. Il était un vrai ami.

Mrs. Blanche-Cœur resta avec Rune en tout temps et lui offrit du support moral. Elle se mit à bicher des actions passées de Félix, ce qui fit du bien à Rune.

Charles était aussi là pour Rune. Il était à présent le leader officiel du cirque et maintenant que son frère n’était plus dans le chemin, il semblait décider à avoir Rune.

Rune se laissa séduire.

Et bien sûr, à la fin, il se fit trahir. Les deux frères étaient trop similaires, il aurait dû le savoir.

Ou peut-être était-il trop différent dans ce cas-ci.

Revenir dans sa chambre pour voir sa sœur d’esprit et son amoureux faire l’amour violemment sur le lit qui était censé être exclusif à Rune et Charles.

Rune vit noir.

Et lorsqu’il revint à ses esprits, il nettoyait ses mains ensanglantées.

Bernie ouvrit la porte pour parler à Charles. Rune regarda Bernie. Bernie regarda Rune. Bernie ouvrit les bras. Cette fois-ci, Rune pleura dans les bras de son meilleur ami.

Après cet incident, il fallait un nouveau chef. Personne ne blâmait Rune. Mais il fallait penser à la personne parfaite pour le rôle. On proposa Rune. Rune proposa Bernie. Rune avait l’autorité nécessaire pour diriger et se faire obéir et Bernie avait le savoir et l’intelligence pour toutes leurs activités. Rune et Bernie étaient meilleurs amis. Ils devinrent donc chef ensemble.

Behind the Veil devint très légendaire. Ils ne restaient jamais à la même place trop longtemps, mais leurs spectacles étaient à couper le souffle. Ils ne restaient jamais à la même place trop longtemps, mais leurs services étaient garantis et efficaces.

C’était la maison de Rune.

C’était la place qui le rendait vivant.


∞ Aspect social

Rune est un bohémien avec sa troupe de cirque, Behind the Veil. Il la dirige avec son meilleur ami, Bernie. Il a été à Argos bien souvent et ne pense pas grand-chose des citoyens ou des nobles. Rune parle l’angélique et le sylvestre, mais est très réticent à parler cette dernière langue. Rune n’est ni pauvre, ni riche. L’argent vient et repart. Rune n’a que récemment été informé sur la situation des dragons, mais il croit fermement que les nobles devraient juste les tuer. Ils doivent être affaiblit avec le temps et doivent être des cibles plus faciles. Les nobles devraient arrêter de perdre leur temps à parler de sceaux et s’entrainer pour devenir plus fort et éliminer l’ennemi.


par humdrum sur ninetofivehelp


avatar
Messages : 6
Date d'inscription : 26/04/2018
Localisation : Behind the Veil
Étranger
MessageSujet: Re: Behind the Veil Jeu 26 Avr - 19:28
Hector
t validé mononcle

_____________________________________




But with the beast inside
There’s nowhere we can hide▵


avatar
Messages : 224
Date d'inscription : 11/03/2017
Localisation : Chez Papa

Inventaire
Armes: Katana
Objets magiques:
Familiers: Marco (cheval) et Henry-Martin (âne)
Académicien
http://neko-systeme.deviantart.com/
MessageSujet: Re: Behind the Veil Mar 1 Mai - 21:15
Emilira
Je suis passée en troisième vitesse parce que je suis un motherfucking ninja pis je te valide
avatar
Messages : 3
Date d'inscription : 01/05/2018
Citoyen
MessageSujet: Re: Behind the Veil
Contenu sponsorisé
Behind the Veil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Royale :: Présentations validées :: Personnages-
Sauter vers: